Pourquoi est-il utile de connaître la courbe de l’expatriation ?

L’idée de cet article est venue du constat que beaucoup d’expatriés – même les expatriés de longue date – ne connaissent pas ou peu les différentes phases qu’ils visitent lorsqu’ils s’installent à l’étranger. Pourtant visualiser et comprendre ces étapes, mesurer le chemin parcouru, nommer les défis à relever à différents niveaux vous aidera à devenir acteur de votre expatriation.

TOUT VOUS ÉMERVEILLE : VOUS VIVEZ LA PHASE « LUNE DE MIEL »

Vous voilà enfin arrivé. Peut-être vous sentez-vous comme un touriste dans votre nouveau chez vous? Un spectateur dans votre pays d’accueil qui se dévoile par petite touche, au gré de votre perception de l’environnement. Vous êtes curieux, positif, fasciné par toutes les nouveautés. Peut-être même excité et énergisé, vous disant « Enfin, nous y sommes. Quel bonheur ».  Au début de votre voyage intérieur, vous regardez l’autre sans qu’il mette en question votre système de valeurs.

Cette phase a comme objectif de vous faire atterrir en douceur : elle peut durer quelques heures, jours ou semaines.

En quoi cette phase « lune de miel » peut-elle vous être utile ? Le regard d’émerveillement que vous portez peut vous aider à stocker vos bons souvenirs, vos premières impressions.   Le jour où vous êtes découragé, que vous doutez de vos capacités d’adaptation, cette ressource va vous aider à recharger vos batteries ! Puis ce regard d’émerveillement, en apprenant à le cultiver, peut aussi vous aider durant tout votre chemin. N’oubliez donc pas toutes ces merveilles amassées dans cette phase !

Cependant il est aussi possible que, dès votre arrivée, vous passiez directement à la case du « choc culturel ».

courbe-expatriation

DÉSORIENTÉ(E), FATIGUÉ(E), IRRITÉ(E), ATTENTION AU « CHOC CULTUREL »

La période des premières impressions s’atténue et vous interagissez de plus en plus avec la nouvelle culture. Vous êtes au début d’un nouveau cycle d’apprentissage : vous apprenez à (sur)vivre dans votre nouveau quotidien, à comprendre les us et coutumes. Tout, à tout niveau, est différent ! Ces interactions diverses et cumulées engendrent frustration, fatigue et irritation. Peut-être vous sentez-vous désorienté, déphasé, même nostalgique. Votre vase déborde, vous touchez le fond. Vous êtes découragé, le doute s’installe. Le choc culturel initie le début de votre remise en question.

La phase du choc culturel est le moment de laisser derrière vous votre routine confortable et d’assumer pleinement votre statut « d’étranger ». C’est le moment de faire le deuil  du travail passionnant  que vous avez quitté, ou de votre expérience précédente à l’étranger ou de vos anciens collègues, …. Cette prise de conscience vous aidera à rentrer doucement dans la phase suivante.

Et sachez que les incidents culturels font partie intégrante de l’aventure ! Pour les explorer, pourquoi ne pas les observer comme un anthropologue ? Créez des moments d’arrêts sur image pour vous aider à comprendre l’autre. Partagez en famille vos découvertes, vos anecdotes, vos « kiffs* » de la journée. Vous serez surpris de voir la richesse des découvertes de chacun. Durant cette période, prenez bien soin de vous. Et surtout ne rentrez pas dans le cycle stérile du jugement envers le pays « C’est quand même dingue, ils n’ont vraiment rien compris à l’efficacité » envers votre conjoint « On est ici à cause de toi » ou envers vous-même « Je suis pas faite pour cette aventure ».

UN PEU DE RÉPIT : LA PHASE D’ADAPTATION COMMENCE

Vous commencez à comprendre et accepter les changements que l’expatriation a apportés dans votre vie et vous expérimentez de nouvelles façons de faire. Certains aspects de la nouvelle culture vous fascinent, d’autres vous semblent étranges mais petit à petit vous vous y faites. Des comportements ou des valeurs seront peut être plus difficiles à intégrer voire impossible surtout dans des pays culturellement très éloigné du vôtre. Malgré tout, il est essentiel d’être conscient de ce qui vous heurte, de ce qui vous bouscule, et de réfléchir à la stratégie que vous voudriez adopter face à cela. En prenant ce temps de pause et de réflexion, vous devenez une fois de plus acteur de ce changement. Au fur et à mesure votre identité va s’enrichir de ces nouvelles expériences, sans que vous ayez, pour autant, à renier votre propre culture. Sur votre chemin, parsemé d’erreurs comme de réussites, vous vous créez de nouveaux repères et vous gagnez en assurance. Vous avez l’impression de sortir la tête de l’eau et de pouvoir souffler un peu sans être continuellement submergé par la nouveauté. Vous n’êtes pas seul(e) à avoir traversé cette phase. N’hésitez donc pas à poser des questions, à vous informer chez les « anciens » ou à vous appuyer sur les « locaux » qui peuvent vous expliquer leur culture.

VOUS VOUS SENTEZ CHEZ VOUS : BIENVENUE EN PHASE D’INTÉGRATION

Après une période plus au moins longue d’adaptation, vous vous sentez enfin acclimaté et bien ajusté.   Vous êtes à l’aise, avez davantage confiance en vous et en vos capacités d’adaptation. Votre cycle d’apprentissage se boucle, votre identité s’est enrichie de ces nouvelles expériences. Vous avez des projets, un réseau d’amis, et au travail vous vous sentez compétent. Bravo ! Vous avez traversé les montagnes russes de l’expatriation. Maintenant arrêtez-vous un instant : de quoi êtes-vous le plus fier en regardant tout ce chemin parcouru ? Qu’avez-vous découvert de vous-même ? Quel aspect de votre personnalité que vous ne soupçonniez même pas ? Prenez le temps de faire un bilan. Viendra un moment où vous allez plier bagages à nouveau et repartir pour un tour dans les montagnes russes !
Ces tourbillons d’émotions liées aux différentes phases de cette transition sont souvent difficiles à exprimer. Votre entourage, resté « là-bas », ne réalise pas toujours le bouleversement intérieur que vous vivez parfois quotidiennement et vous imagine plus facilement dans une vie de rêve.
Mais entre nous : les nouvelles que vous donnez ou que vous partagez sur Facebook sont bien souvent remplies de photos de votre nouvelle vie, de vos découvertes, des richesses trouvées, de paysages de carte postale qui en font rêver plus d’un.
Il semble d’ailleurs qu’il soit plus facile d’envoyer toujours les nouvelles où tout semble pure beauté et pur bonheur, n’est-ce-pas ?

Mais votre voyage intérieur ne serait-il pas aussi intéressant à prendre en photo ?

Article de Florence Roisin Van-Loon
2017-03-20T06:09:40+00:00