7 conseils de Ferdinand Magellan aux Expatriés

Mars 2016 : Session de brainstorming pour trouver un nom à notre 1er programme. M.A.G.E.L.L.A.N ! Une évidence inspirée. Et pourtant ce n’est qu’en me plongeant dans son histoire* que j’ai découvert tous les parallèles qui pouvaient être tirés entre le célèbre explorateur et les expatriés. A l’heure où nous inaugurons notre site web, je voulais partager quelques détails de la vie de Magellan qui me semblaient inspirants pour tous les expatriés sur le départ, en mission ou sur le point de rentrer.

1 : PRÉPAREZ VOTRE DÉPART

Magellan n’est pas parti sur un coup de tête. Il lui a fallu deux ans de préparation, pendant lesquelles il a du convaincre le roi d’Espagne, négocier les termes de l’exploration, trouver les financements nécessaires, préparer sa route, choisir son équipage avant de lever l’ancre en 1519.

De la même façon, une expatriation n’est pas une petite aventure préparée du jour au lendemain. Entre la négociation du contrat, faire les cartons, démissionner (pour le cas du conjoint), quitter son pays, trouver une maison, une école, une voiture… la gestion matérielle du déménagement occupe tout l’espace de préparation. Et pourtant, se préparer intérieurement à ce changement est aussi un gage de réussite. Vous pouvez décider de prendre le temps de vous asseoir régulièrement et de réfléchir à ce dont vous avez besoin pour mieux franchir les prochaines étapes.

2 : DÉFINISSEZ VOTRE PLAN DE ROUTE

Magellan avait une mission bien définie pour lancer son expédition. Il partait avec l’intention de découvrir la route occidentale qui mènerait les espagnols en Asie. Le but de cette mission était précis mais laissait aussi place aux aléas puisque la carte de la terre n’était pas encore connue avec précision. Mais Magellan savait pourquoi il partait.

Ce plan est essentiel car il donne un sens à votre expatriation et par conséquent la force de persévérer dans les difficultés. Prenez le temps de définir ce qui est important pour vous et ce qui motive votre départ tout en étant conscient des aléas de la vie à l’étranger.

3 : ÉCOUTEZ VOTRE INTUITION

Lorsque Magellan aperçoit un cap qui marque l’entrée du détroit qu’il nomme Cap Virgenes, son intuition le pousse à en commencer l’exploration qui aboutit à la découverte du fameux passage vers l’ouest.

L’intuition est l’action de pressentir, comprendre, sans parcourir au préalable les étapes de la réflexion. C’est une connaissance directe immédiate et spontanée.

Quelle place laissez-vous à votre intuition dans les choix que vous avez à faire ? Dans la gestion de votre carrière ? Dans vos rencontres ? Que feriez-vous différemment si vous l’écoutiez davantage

4 : PRENEZ DES RISQUES

Cela va sans dire ! Magellan a pris des risques extrêmes pour réaliser cette expédition. Au moment même de lever les amarres à Séville sur le fleuve Guadalquivir, imaginez Magellan ressentir l’excitation du large et à la même seconde l’appréhension de laisser le connu pour l’inconnu. Vous connaissez bien ce sentiment au moment de tout quitter sans pour autant savoir dans quoi vous vous embarquez. Quand la peur devient trop forte, reconnectez-vous aux raisons pour lesquelles vous êtes partis. C’est alors que vous saurez avec plus de convictions que vous êtes sur le bon chemin.

5 : DÉMONTREZ DE LA TÉNACITÉ

L’eau n’est plus potable, les rations vont s’amenuisant, le biscuit même vient à manquer, l’équipage doit survivre en mangeant des rats puis des chats, en buvant de la soupe de copeaux de bois trempés dans de l’eau de mer…”

Heureusement les conditions d’expatriation sont un peu plus plaisantes qu’au temps du voyage de Magellan mais avons-nous pour autant la même ténacité que ces explorateurs? Au moment du choc culturel, lorsque vous ressentez la solitude, l’éloignement, le manque de sens, des difficultés pour retrouver du travail, comment réagissez-vous? Quelles pourraient être de nouvelles solutions ? Soyez créatifs et trouvez les alliés qui vous aideront à traverser ces mauvais passages.

6 : LAISSEZ-VOUS SURPRENDRE

Lorsque Magellan arrive de l’autre côté du continent Sud-Américain, il découvre avec surprise un « Océan vide » qu’il baptise Pacifique en raison du grand calme pendant sa traversée. Ce n’était qu’une autre grande étendue d’eau…et pourtant Magellan s’extasie devant cet immense océan si tranquille. L’attitude d’émerveillement de l’explorateur qui pourtant a traversé la moitié du globe en bateau est importante pour l’expatrié. Qu’est ce qui vous émerveille dans cette nouvelle culture ? Qu’est ce qui vous étonne? En gardant ce regard surpris et émerveillé tout au long de l’expatriation, vous ferez de nouvelles découvertes qui feront la richesse de votre expérience.

7 : CHOISISSEZ LA SÉRENDIPITÉ

On y revient ! La séréndipité est l’art de savoir tirer profit de circonstances inattendues. Et Ferdinand Magellan maitrise cet art à perfection.

Page à la cour du roi du Portugal, le jeune Magellan a étudié l’astronomie et la navigation, il est ensuite devenu soldat et a combattu aux Indes où il s’est reconverti aux commerces des épices. Contraint de revenir s’installer à Lisbonne, Magellan étudie les cartes et planisphères de la bibliothèque royale et y découvre une carte de 1492 signalant un passage vers l’Ouest au Sud du Brésil. D’où naitra l’idée de monter une expédition pour découvrir ce passage.

Comment ne pas faire le parallèle saisissant avec tous les conjoints d’expatriés qui au détour de pays s’adaptent, se réinventent, s’intègrent, transforment, changent et découvrent des trésors insoupçonnés.

Devenez un nouveau Magellan.

Nous vous invitons maintenant à embarquer dans cette expatriation, avec l’ardeur et la ténacité de Magellan. Malgré les déconvenues, les difficultés d’adaptation et les aléas de cette vie à l’étranger, nous croyons que l’expatriation est une formidable opportunité de grandir et d’enrichir le monde.

Bienvenue à bord !

*Stefan Sweig : L’histoire de Magellan
Article de Anne de Solages
2017-03-20T06:06:38+00:00