Et toi, qu’est ce que tu veux faire quand tu seras grand?

Si mes souvenirs sont bons mes premières réponses étaient de l’ordre de « maitresse ou docteur ». Je devais avoir 6 ou 7 ans.

A 9 ans je dévorais tous les livres d’histoires de médecins qui nourrissaient mon imaginaire fertile. Moi, répondais-je sure de moi, j’irai sauver des enfants au fin fond de la brousse. Je serai pédiatre. A cet âge là, pas d’auto-censure. Elle viendra bien assez tôt. Très tôt d’ailleurs. La censure s’est appelée « Mathématiques » et elle et moi, n’étions pas très amies. Notre haine réciproque a même enterré mes rêves de sauver des vies.

Puis à 15 ans la question est revenue en force. Je suis curieuse, bonne élève, passionnée par l’histoire, le français, l’économie, la politique et la philosophie. Le choix est vaste. Plus les mois passent, plus le choix devient angoissant. Que vais-je devenir ? Qu’est ce que j’aime vraiment ? Où serais-je le plus heureuse ? Et si je me trompais ? Et si je ne trouvais pas de travail dans cette voie ? Pour quoi suis-je vraiment faite ? Et si je n’y arrivais pas ?

J’avais de grands rêves et je voulais changer le monde. Je voulais être médecin mais je n’avais pas le niveau en mathématiques. Je voulais faire Science Po et j’ai été refusée à cause de mon niveau d’anglais. Et comme dans ma famille, les études ce n’était vraiment pas l’essentiel, j’ai pris la première chose qui se présentait à moi, loin de ma ville natale. Un IUT en communication. Un calvaire. Ou plutôt du gaspillage.

Et très longtemps j’ai porté ce choix d’orientation comme une tare. Comme une honte. Quelque chose qu’il fallait cacher. Je restais vague. Je préférais changer de sujet. Je n’étais qu’une imposteur qu’on allait bien vite démasquer. Qui suis-je pour oser faire ce que je fais ?

Si vous avez des enfants en âge d’orientation, prenez juste quelques instants pour repenser à votre propre histoire d’orientation. A tous ces moments ou vous avez pris des décisions (ou pas) pour votre orientation. Quelle relation entretenez-vous avec cette histoire ? Quelles impressions en ressortent ? – De la fierté ? – Une impression de rendez-vous raté? – Ou au contraire un rendez-vous passionné ? – Un gout de trop peu ? – Une revanche ? Et quel est l’impact de cette histoire sur votre histoire professionnelle ?

Car vous l’avez deviné. Notre histoire avec l’orientation façonne en profondeur notre identité professionnelle et influence la place que nous osons prendre (ou pas) dans la société.

Trop d’adultes ne se sentent pas à leur place dans leur travail. Trop d’adultes nourrissent secrètement un rêve de reconversion. Trop d’adultes s’épuisent dans un travail auquel ils se sont sur-adaptés. Trop d’adultes ont perdu le sens même de leur travail. Trop d’adultes ont fait le sacrifice de l’épanouissement professionnel. Et c’est trop douloureux de trainer une orientation ratée ou de faire comme si…

J’ai eu la chance de vivre quelques années dans un pays où l’on a cru en moi. Où on m’a dit et répété que j’avais de belles qualités. Sans le savoir, et petit à petit ils m’ont redonné confiance en moi : « non seulement tu es quelqu’un de formidable mais tu as beaucoup à apporter au monde » Alors ce n’est pas parce que j’avais raté ce rendez-vous d’orientation, que je l’avais raté pour toujours et que j’avais raté ma vie.

Et plus que cela, cette histoire est maintenant le pivot de mon identité professionnelle. Ma vocation de coach est née de cette souffrance, a grandi grâce à un environnement bienveillant, a maturé avec une formation solide et jaillit aujourd’hui avec chacun de mes clients.

Alors quand je vois un jeune à l’aube de tous ces choix, je veux lui offrir cette chance de réussir cet instant. Quand il se pose trop de questions. Quand il est pétrifié par l’idée de faire un choix ou quand il n’a aucune idée. Quand il ne connaît pas ses talents et ses passions. Quand il reste accroché aux étoiles sans jamais descendre sur terre. Quand il a besoin de motivation ou qu’il a simplement besoin d’avoir confiance en lui.

Il le mérite. Et pour lui, j’ai réécrit mon histoire d’orientation, recommencé des études, et je me suis formée auprès des meilleures écoles aux USA et en France. Car ce jeune vaut tout l’or du monde et je m’engage pour lui à chercher toujours le meilleur.

C’est un privilège pour moi aujourd’hui d’offrir à chaque jeune que j’accompagne ce temps et cet espace essentiel pour faire un choix d’orientation qui lui ressemble et pour lequel il voudra déployer toute l’ampleur de la motivation dont il est capable pour réussir.

Parce que je veux qu’il puisse dire à 40 ans : je suis fier de mon parcours et j’aime ce que je fais.

2018-10-19T08:24:38+00:00